Rôles et usages recommandés des examens de dépistage et de diagnostic

Rôles et usages recommandés des examens de dépistage et de diagnostic

La Clinique 1037 se spécialise dans les consultations en gastroentérologie et dans les endoscopies digestives, c’est-à-dire des procédures médicales permettant un examen direct de l’intérieur du tube digestif. Ces examens, qui comportent plusieurs variantes (coloscopie courte ou coloscopie longue, gastroscopie courte ou longue, écho-endoscopie basse et  haute), selon qu’ils se font dans la partie haute (œsophage, estomac et duodénum) ou basse (rectum, colon et intestin grêle) du système digestif, sont le meilleur moyen de détecter les cancers et autres pathologies ou affections. La passation de tels examens est souvent recommandée lors de l’apparition ou de la persistance de symptômes ou de signaux d’alerte (perte de poids, problèmes digestifs récurrents, sang dans les selles, etc.). Toutefois, afin d’accroître la rapidité de la détection des signes de cancer, des examens de dépistages peuvent aussi être recommandés.

 

Le test de dépistage préventif

 

Il est en effet possible de détecter le cancer colorectal à un stade précoce grâce à un simple test de dépistage préventif appelé recherche de sang occulte dans les selles (RSOSi). Comme son nom l’indique, celui-ci consiste à rechercher des traces de sang dans les selles. Ce sang, qui n’est pas toujours visible à l’œil, est souvent attribuable à la présence de polypes, des excroissances des parois de l’intestin causées par une mutation génétique. Il s’agit généralement d’un état précancéreux, d’où l’importance de les trouver à temps. Donc, si du sang est détecté par RSOSi, une coloscopie sera prescrite afin de procéder à un examen en profondeur du rectum et du côlon et d’ainsi rechercher la présence de polypes ou de tout autre signe de cancer. La coloscopie permet par ailleurs d’effectuer une biopsie (qui permet d’analyser les cellules et d’en vérifier l’état cancéreux ou non) ou de retirer les polypes.

 

Comme il s’agit d’un test de dépistage, il n’est pas nécessaire d’attendre l’apparition de symptôme pour le passer. Au contraire, il est recommandé, si ces conditions sont les vôtres, de passer un tel test tous les deux ans :

  • Vous avez entre 50 et 74 : L’incidence du cancer colorectal augmente avec l’âge. D’ailleurs, plus de 90 % des cas sont trouvés chez des personnes de plus de 50 ans.
  • Il y a déjà eu des cas de polypes ou de cancer colorectal dans votre famille : l’hérédité et la génétique comptent parmi les facteurs de risque de développer des polypes, voire des cancers colorectaux. Si vous avez de tels antécédents, les tests de dépistage sont à recommander.
  • Vous souffrez d’une maladie inflammatoire de l’intestin telle que la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse : ces pathologies augmentant de ce fait le risque de développer un cancer colorectal.
  • Vous avez déjà souffert de polypes : même s’ils ont été traités, les polypes sont susceptibles de se former à nouveau. Il faut donc être d’autant plus vigilant.

Donc, si ces conditions s’appliquent à votre cas, il est recommandé de parler de ce test à votre médecin. Si un examen endoscopique s’avère nécessaire, vous pourrez vous référer à la Clinique 1037. Nos experts seront à même de vérifier l’état intérieur de votre système digestif, à l’aide d’une coloscopie ou d’un autre examen endoscopique si cela s’avère nécessaire, et ce, afin de favoriser un diagnostic rapide et ainsi accroître les chances de guérison. N’hésitez pas non plus à nous consulter en cas de doute, que vous ayez ou non passé un test de dépistage.