Le cancer de l’anus

Le cancer de l’anus

Le cancer de l’anus est un type de cancer peu répandu, ce qui fait qu’il est largement méconnu par la population. Au même titre que les autres types de cancer, le cancer de l’anus peut se répandre à d’autres organes lorsqu’il n’est pas traité, posant ainsi une menace pour la vie des patients qui en sont atteints. Il convient donc d’apprendre à en reconnaitre les signes pour pouvoir se protéger contre cette maladie.

Qu’est-ce que le cancer de l’anus ?

L’anus est l’extrémité inférieure du système digestif par laquelle sont expulsés les aliments digérés sous la forme de selles. On parle d’un cancer de l’anus lors de l’apparition d’une tumeur maligne, causée par le développement de cellules anormales au niveau de la région anale. La région anale est constituée de l’anus lui-même, de la peau périanale qui entoure l’anus, de même que du tube anal qui relie l’anus au rectum.

Une mutation des cellules, dans l’une ou l’autre de ces parties, peut entrainer leur multiplication anormale, ce qui forme une tumeur. Une tumeur est dite maligne lorsqu’elle peut se répandre aux tissus voisins jusqu’à perturber leur fonctionnement et à les détruire.

Quels sont les symptômes du cancer de l’anus ?

À un stade précoce, le cancer de l’anus ne provoque aucun symptôme dans la plupart des cas. Le premier symptôme qui est généralement dénoté est le saignement anal, qui peut être très léger et qui est généralement remarqué lorsque le patient va à la selle. Le saignement anal peut être accompagné des symptômes suivants :

  • La présence de sang dans les selles ;
  • Une sensation d’inconfort dans la région anale, souvent ressentie sous la forme d’une pression ;
  • Des démangeaisons de la région anale ;
  • Une perturbation du transit intestinal (diarrhée, constipation, changement de la forme des selles) ;
  • Une masse peut se développer dans la région anale ou à l’aine ;
  • L’écoulement de mucus par l’anus.

Il est primordial de consulter un médecin si on remarque la présence d’un de ces symptômes. Ceux-ci ne sont pas toujours causés par le cancer de l’anus, mais il convient d’obtenir l’avis d’un professionnel.

Qui est à risque ?

Comme pour la plupart des types de cancer, le risque augmente avec l’âge, soit chez les individus de 55 ans et plus. Également, au Canada, les femmes sont plus à risque de développer un tel type de cancer, celles-ci représentant environ les deux tiers de tous les cas diagnostiqués au Canada.

Les autres facteurs de risques de ce type de cancer sont :

  • L’infection au VPH : Le virus du papillome humain est l’infection transmise sexuellement la plus fréquente au Canada. Le VPH est étroitement lié au cancer de l’anus, le virus y étant lié dans environ 90 % des cas. Il s’agit d’une infection très contagieuse qui peut se transmettre par un contact peau à peau avec une partie du corps qui est infectée ;
  • Le comportement sexuel : Les individus pratiquant des relations sexuelles anales sont plus à risque de développer un tel cancer. Ainsi, les hommes homosexuels sont à risque ;
  • Un système immunitaire affaibli : Les individus qui ont un système immunitaire affaibli, soit à cause d’une maladie comme le VIH ou à cause de la prise de médicaments, sont plus à risque de développer un cancer de l’anus ;
  • Antécédents : Les femmes ayant reçu un diagnostic de cancer du col de l’utérus, de la vulve ou du vagin sont plus à risque, probablement car ces types de cancer sont aussi liés à l’infection au VPH.

Comme le cancer de l’anus est étroitement lié au VPH, il convient d’adopter des pratiques sexuelles sécuritaires, notamment en se protégeant.

Si vous êtes à risque de développer un cancer de l’anus, parlez-en à votre médecin. Celui-ci pourra vous prescrire les examens nécessaires au dépistage du cancer pour vous protéger contre la maladie en cas de besoin. Rappelez vous que, comme pour la majorité des types de cancer, plus le cancer de l’anus est décelé tôt, plus grandes sont les chances de le guérir !